Jaojoby surprend en reprenant Gérard Lenorman

Une nouvelle qui réjouit depuis quelques jours déjà sur les réseaux sociaux les inconditionnels du Roi du salegy lui-même, sa reprise en malgache de « La ballade des gens heureux » de Gérard Lenorman fait à nouveau le buzz depuis hier.

Surprenant et resplendissant d’humilité. Il aura fallu patienter pour que le privilège de poster exclusivement le clip vidéo de la chanson revienne à l’ancien capitaine de l’équipe nationale Faneva Ima en personne, avant de retrouver la fameuse reprise par le Roi du salegy, Jaojoby, du grand tube du chanteur Gérard Lenorman.

Dans le cadre d’un grand projet musical d’envergure internationale intitulé « La ballade 2020 », que le chanteur français a lancé sur les réseaux sociaux le temps du confinement entre autres. Jaojoby a ainsi su se distinguer du lot, se faisant au passage brillamment remarqué par Gérard Lenorman qui a salué de vive voix sa prestation. « La ballade des gens heureux » étant d’ailleurs l’une des chansons phares qui a fait de lui une icône de la chanson francophone dans le milieu des années 70. Ceci-dit, si le charisme et la voix iconique du grand Jaojoby transcende comme toujours, sa reprise divise quand même un peu les mélomanes nationaux. Notamment à cause d’une traduction assez approximative, puisque de « La ballade des gens heureux », le Roi du salegy nous livre « La promenade des gens heureux » à la place. Le fait est qu’ici « ballade » et « balade », deux homophones ont apparemment été confondu par l’illustre chanteur qui nous chante donc « Tsangantsangan’olon-tsambatra » au lieu de « Kalokalon’ olon-tsambatra ».

Qu’à cela ne tienne, malgré ce léger désagrément pour les oreilles aguerris, la reprise du Roi du salegy fait mouche sur les réseaux sociaux. D’autant plus qu’étant porté par sa gaîté légendaire qu’il retranscrit dans le clip-vidéo, Jaojoby charme toujours aussi bien le public. Reprenant néanmoins quasiment mot pour mot le texte de Gérard Lenorman, même s’il se rate un peu sur la dite « ballade », il nous invite donc à gambader à ses côtés et à s’enjouer avec lui, toujours le sourire aux lèvres.

Un exercice fascinant

Chaleureux et un brin émouvant par sa voix, le Roi du salegy continu de surprendre ses fans. Il continue ainsi de se faire plaisir, tout comme il fait tout aussi bien plaisir au public, mais aussi à ses illustres pairs.

Il importe cependant d’affirmer qu’à l’instar de Jaojoby, ils sont nombreux à s’être déjà essayés à l’exercice de la traduction d’une chanson étrangère. Ceci-dit, il a toujours subsisté un pont entre faire une traduction mot pour mot en la sublimant de la mélodie originale et réinterpréter, voire s’imprégner pleinement de l’œuvre originale de l’auteur pour en livrer une interprétation marquante. Dans le milieu actuel, le jeune Ari Nao qui réside dans l’Hexagone s’est notamment forgé une réputation sur les réseaux sociaux, grâce à ses « cover – traduction » des chansons malgaches en français et vice-versa.

De même, l’un des plus beaux exemples aussi reste l’intemporel « Aza ilaozanao » d’Erick Manana qu’il a emprunté à l’illustre Jacques Brel et son « Ne me quitte pas », dont il a su gardé la vive émotion qui s’en dégage. Pareil, une petite perle à découvrir ou à redécouvrir pour certains, la reprise en français, en anglais et en malgache de « Be my baby » du trio américain The Ronettes par Tarika, exclusivement sur « soundcloud ». Un exercice fascinant pour les artistes donc, la traduction d’une chanson se doit d’être exceptionnelle. Veillez quand même toujours à éviter les simples plagiats.

Vidéo disponible sur Youtube:

      index.jpeg (3 KB)                           

Afrique Actudaily