Nytha chante la vie telle qu’elle la sent

Anita Rasoarimalala, de son état civil, a plusieurs cordes à son arc. Auteure, compositrice, chanteuse, chorégraphe et danseuse, elle est connue sous le pseudonyme Nytha dans le domaine artistique.
Depuis la sortie de son premier album « Fiainagna » signifiant la vie dans le dialecte du Nord dont elle est originaire, la belle trentenaire relate la vie et ses multiples facettes pas tellement  roses.
« Cet album reflète mon point de vue sur mon vécu par rapport à la réalité dans mon pays; la vie depuis l’enfance jusqu’à la mort. Il y a bien d’autres choses qui méritent d’être évoquées, même à travers une chanson. C’est ma manière de contribuer à l’amélioration du quotidien de mes compatriotes », selon ses dires.
Nytha préfère plutôt raconter des vérités pas toujours agréables à entendre telles que l’abandon d’enfants, la difficulté pour une personne d’assurer son rôle de parent, le droit des enfants à une bonne éducation jusqu’à la défense des droits humains.
Ses textes sont des matières à réflexion enrobées dans des mélodies bien ficelées. Sa carrière solo a démarré en juin 2016 avec la préparation de l’album « Fiainagna» produit par MsyP en Belgique avec des thèmes variés comme les conflits des parents, les enfants, l’amour, les dures conditions de la vie quotidienne, les traditions malgaches, la demande de bénédiction, les droits des êtres humains.
Grande passionnée de rythm and blues, roots, reggae, soul, jijy, musique classique et jazz, beko et antsa qui définissent la couleur musicale de ce premier album.
Le clip « Tsara ray aman-dreny », tiré de cet album est accessible sur la toile. Elle est prévue se produire sur la scène de No Comment Bar à Isoraka ce jeudi 5 octobre, à partir de 20 heures. Mais sa prestation devient conditionnelle avec la situation actuelle. « J’ai pu avoir cette chance de croiser des grands noms de la musique malgache sur ma voie en l’occurrence le roi du Salegy, Jaojoby qui m’a appris bien des choses sur la musique; et aussi Maximin Njava et Miary Lepiera. Je considère ça comme un grand privilège», avoue Nytha avec reconnaissance.

Ricky Ramanan / L'Express de Madagascar