Nosy -Be - Le festival Somaroho démarre sur les chapeaux de roue • L'Express de Madagascar

Bien que n’étant qu’à sa cinquième édition, Somaroho connaît un franc succès auprès du public nosybéen. Le salegy est à l’honneur.

Le premier jour du mois d’août est bien parti pour Nosy-Be, car il est marqué par le début de la saison de festivals. Pour celui de Somaroho, il s’est ouvert hier (mercredi 1er août) et ne s’achèvera que le dimanche 5 août prochain. Et l’île aux parfums est dans l’effervescence totale.

Le Festival en est à sa 5e édition et cette année, le groupe Wawa, initiateur de cet évènement, fête aussi son 15e anniversaire. Cette fois-ci, Somaroho a devancé le festival Donia, reporté au mois de septembre prochain.

Comme de tradition, un grand carnaval coloré et très animé a débuté les festivités de Somaroho. Il a sillonné les rues principales de Hell-ville et la route menant au stade d’Ambodivoanio où s’est tenue la cérémonie d’ouverture officielle. Il est bien de noter au passage que le fameux roi du «salegy mafana», couronné et habillé comme un prince à bord d’un char spécial, a été pour la première fois, à la tête du défilé qui a vu la participation d’une vingtaine d’associations de jeunes et des femmes des quartiers. L’on a aussi vu la présence d’artistes étrangers qui animeront les spectacles nocturnes pendant les cinq jours.

Certes, Somaroho est encore un «enfant», par rapport à ses «aînés», mais il est déjà apprécié par le public nosybéen. Cette fois ci, une affuence monstre a été constatée par rapport aux éditions précédentes.

Dès midi, les festivaliers ont déjà envahi les deux côtés de la rue vers le Château d’eau pour avoir une visibilité se trouvant au premier plan. La circulation sur la route principale a été déjà perturbée, créant des
embouteillages monstres.

Sur l’itinéraire du carnaval, on a vu des chorégraphes arborant des costumes de rois, de reines, de courtisans dans un festin royal. On a aussi assisté à des créations, fruits d’imaginations des jeunes locaux. De fait, quelques participants, presque sexy parfois avec leurs coiffes en plumes ou perruque, dansaient sous les yeux des spectateurs qui pouvaient admirer leur corps magni que, tandis que des chansons tropicales composées par des artistes malgaches ont rythmé le défilé.

A cet effet, treize associations ont participé au concours organisé par le comité. Les participants ont passé cinq minutes devant le public au Bazar be et au stade, devant la tribune o cielle pour présenter leurs chorégraphes respectifs qui correspondent au thème proposé. Ils sont déguisés à leur aise, soit avec les matières locales, soit avec des produits chinois.

Programme alléchant. Un programme plein d’éclat pour célébrer le Festival Somaroho 5e édition. En général, les prestations d’une vingtaine d’artistes seront les grandes satisfactions de cette année. Ils vont monter, l’un après l’autre,  sur la scène du stade d’Ambodivoanio pour donner une bonne image de  Somaroho. Le festival sera appuyé sur le rythme «salegy», rythme le plus préféré des Nosybéens.

Parmi ces grandes satisfactions de Somaroho, on notera l’apparition de la star camerounaise Daphné, connue à travers le tube «Calée» entonné
actuellement par tout le monde au bar, à la discothèque, en taxi-brousse... Même les enfants sont capables de réciter le refrain. lors du grand bal d’ouverture du festival, le 1er août chez Loulou à Dzabala, elle a aussi partagé la scène avec Wawa.

L’événement se distingue aussi cette année par la présence de nombreux artistes de renommée internationale. Citons entre autres, le Tanzanien Diamond Platnumz et le français d’origine malgacho- mahorais, Baco Ali, le Mahorais Komo Mayotte, ainsi que le groupe sud-africain, One People Band, regroupant les anciens collaborateurs du regretté Lucky Dube. Ils partageront la scène avec les célébrités de la musique malgache comme Stephanie, Ariane, Flash B, Tence Mena, le grand-maître Tianjama, Lousf’Af et Rycia. Lico Kininike,Big MJ, JiorShy, Janga Ratah, Dadiposlim et Madmax sont
aussi à l’affhe de cette cinquième édition du festival Somaroho.

L'express de Madagascar